visu-sanctionne-penalites

Pénalités de Google : bien réagir et éviter d’être sanctionné

Google est capable de faire la pluie et le beau temps sur la toile, mais j’ignorais à quel point il y a encore quelques années ! Je vais vous partager mon expérience, qui peut sans doute sortir certains d’entre vous d’une pénalité à l’impact considérable et aider d’autres webmasters à s’en prémunir.

Des résultats de recherche bouleversés

En préambule, il est possible que j’use de quelques termes techniques dont vous ignorez le sens, quand bien même je vais tenter autant que faire se peut de vulgariser le sujet. Si les considérations liées au référencement vous sont totalement étrangères, je vous invite à lire des articles vous introduisant au fonctionnement des moteurs de recherche et idéalement à trouver des définitions en web marketing afin de bien cerner le sujet.

Pour vous faire comprendre ma mésaventure et les solutions correctives que j’ai mises en oeuvre, je dois vous expliquer brièvement les dispositifs utilisés par Google pour améliorer constamment ses résultats de recherches. Ce sont entre autres les mises à jour respectivement baptisées Panda et Pinguin, des filtres appliqués à l’algorithme qui ont eu des effets non négligeables sur les résultats de recherche et par conséquent sur l’activité de certaines entreprises.

Les deux mises à jour Google

Google Panda

En 2011, Google Panda est lancé pour la première fois aux Etats-Unis puis déployé progressivement sur les déclinaisons de Google des autres pays. Son intérêt ? Lutter contre les plateformes caractérisées par des contenus de trop faible qualité, qui ne renseignent pas suffisamment les internautes. Une certaine typologie de sites a été impactée par son intronisation, comme les comparateurs de prix et les agrégateurs de contenus à l’image des portails d’actualité, des sites internet qui aspirent les textes sur la toile et les restituent de façon synthétique. S’ils peuvent toujours exister, il leur est difficile depuis la mise à jour Panda de bénéficier d’une visibilité optimale sur Google.

Google Pinguin

L’année suivante, c’est un autre animal qui a sévi sur les résultats du moteur d’origine californienne. En apparence, vous conviendrez qu’un pingouin est attendrissant. Dans ce cas précis, il a été punitif, et pas qu’un peu ! J’ai fait partie des webmasters ayant été touchés de plein fouet par cette mise à jour. En quoi celle-ci consiste ? Il s’agit en l’occurrence d’un filtre qui permet de lutter contre les sites internet qui tentent de tromper le moteur en lui faisant croire qu’ils sont particulièrement populaires. Cette notion manque peut-être de clarté, je vais vous donner davantage de précisions.

Le prix de la notoriété artificielle

En obtenant de précieux backlinks (liens entrants) de la part d’autres blogs, boutiques ou encore forums de discussions, un site internet est « récompensé » par Google, c’est à dire que les pages de son site sont mises en avant dans les résultats de recherche. Aux yeux du moteur, ces liens entrants sont initialement considérés comme des recommandations d’internautes.

Par exemple, si plusieurs utilisateurs d’un forum publient des liens dirigeant vers un blog “A”, Google estime que ce blog “A” mérite d’être mieux positionné dans ses résultats puisque des utilisateurs y font référence. Or, rien n’empêche au webmaster de ce même blog “A” de générer des liens vers son propre blog “A” depuis des plateformes diverses et variées !

La technique a permis – et permet toujours – à beaucoup de sites e-commerce, de blogs d’actualité et de sites web d’autre nature d’accroître artificiellement leur notoriété. Certains passent sous les radars, d’autres sont sanctionnés comme je l’ai été. J’ai payé cher la création trop rapide de backlinks sur des pages de sites internet dont les thématiques étaient bien trop différentes de celles de mon blog.

Mon site a été sanctionné par Google

Les pénalités manuelles

Ces sanctions sont les plus évidentes à repérer, elles se matérialisent par un ou plusieurs messages délivrés dans Google Search Console. Vous savez au moins à quoi vous en tenir ! Il peut s’agir par exemple d’une annonce de liens factices identifiés et d’exemples d’URL affectées.

Les pénalités automatiques

Vous n’observez aucun message dans cet outil mais avez des pages de votre site web qui sont subitement passées de la première page de résultats à la 4ème ou 5ème page sur quelques mots-clés ? Il y a fort à parier que vous ayez été pénalisé par l’algorithme de façon automatique ! Je ne vais pas rentrer dans le détail mais il existe également des pénalités dites transverses, et celles qui affectent directement un répertoire, elles ont souvent des conséquences bien plus importantes sur l’audience d’un site. Dans le pire des cas, des pages sont susceptibles d’être totalement désindexées, c’est à dire de disparaître entièrement des résultats présentés aux internautes.

Comment sortir d’une pénalité ?

Le réexamen

En cas de pénalité manuelle infligée par les “quality raters”, des employés de Google, vous avez l’occasion de solliciter les équipes du moteur afin qu’elles réévaluent votre situation et qu’elles puissent constater que vos actions ne sont plus “en dehors des clous”. Autrement dit, que vous n’en enfreignez plus les règles du moteur ! Cette demande de réexamen peut être approuvée (pénalité levée), refusée ou seulement analysée (tous les problèmes n’ont pas été corrigés).

Un contenu unique, de qualité

Les recommandations que je vais vous livrer peuvent permettre de voir une pénalité levée, cela étant elles doivent aussi considérées tout aussi sérieusement par les webmasters qui n’ont jamais été confrontés à ce type de problème, qu’il s’agisse d’actions relatives aux contenus ou de démarches liées au netlinking.

Débutons par les premières qui requièrent de votre part un véritable travail de fond. Vous devez, si ce n’est déjà pas respecté, vous affranchir de recourir à des textes cachés. Il est primordial que vos billets ne soient pas copiés d’autres plateformes ni repris sur d’autres sites. Abstenez vous de publier des contenus générés automatiquement et rédigez toujours en pensant à votre lectorat et non aux moteurs de recherche. En outre, demandez la désindexation – toujours dans Google Search Console – des pages 404 et autres contenus inutilement indexés – à l’image des pages contacts et des archives.

Un profil de liens naturels

 

Les préconisations précédentes sont nécessaires, mais insuffisantes. Elles doivent s’accompagner de mesures préventives concernant le netlinking. Vous savez, ces liens dont je vous ai parlé, qui peuvent rapidement vous hisser en tête des résultats de recherche, mais aussi vous faire dégringoler voire disparaître du moteur. ? Toutes les actions mises en oeuvre doivent poursuivre un seul objectif : présenter à Google un profil de liens naturel.

Les ancres, ces mots-clés qui composent ce fameux backlink, doivent rarement être des termes concurrentiels, plutôt des occurrences plus passe-partout comme « ici », « cette page » ou « à cette adresse ». Ensuite, fuyez les annuaires peu qualitatifs et refusez les propositions d’échanges de lien basiques. Vous avez l’opportunité de voir un partenaire faire un lien vers votre page d’accueil ou une page de catégorie ? Idéalement, il doit être situé dans un contexte sémantique favorable, en rapport avec votre activité, côtoyant des liens amenant l’internaute vers d’autres sites internet dans la thématique.

En somme, évitez de faire appel aux techniques de Black Hat SEO : pas sans conséquence si elles ne sont pas employées avec parcimonie par des experts. Pour ma part, la combinaison de ces actions m’a permis de retrouver un profil de liens plus naturel, et mon blog est sorti de la pénalité quelques temps après.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *